La littérature sous caféine


samedi 16 novembre 2013

"Le malaise des "petits Blancs"" (article de Thomas Mahler dans Le Point)

Dans Le Point du 14/11/2013:

"Ils sont des « visages pâles » en banlieue, des ex-ouvriers d’Hénin-Beaumont ou des paysans moqués par l’émission « Strip-Tease ». Aux Etats-Unis, on les désignait par le terme white trash. En France, dans une République qui aime se fantasmer comme indivisible, le sujet demeure tabou. Dans sa passionnante enquête « Les petits Blancs », l’écrivain Aymeric Patricot ose esquisser le portrait d’une « communauté qu’on ne nomme jamais » : les Blancs pauvres prenant conscience de leur couleur dans un contexte de métissage. « On a des scrupules à dire qu’une personne est blanche, alors même qu’il est admis qu’il existe des minorités ethniques », s’étonne-t-il. Ce diplômé de l’EHESS est ainsi parti à la rencontre d’une France d’en bas estampillée « beauf » et « dégénérée ». Il y a trouvé un fort sentiment de déclassement et de paupérisation par rapport à l’élite. Mais il y aussi croisé rancoeurs, voire haines, vis-à-vis des populations immigrées que certains estiment mieux considérés qu’eux… Grand oublié de la France postcoloniale, le « petit Blanc » serait délaissé par les partis traditionnels depuis les années 80. « Le PS est passé des questions sociales aux questions sociétales. Il a abandonné symboliquement la classe ouvrière, estimant qu’elle diminuait en nombre. » Résultat : « Le FN prospère sur ce marché qu’on lui laisse, alors qu’aux Etats-Unis tous les partis se disputent cet électorat. » En mettant des mots sur les maux des « petits Blancs », l’écrivain fait le pari que dissiper les malaises autour des questions raciales est le meilleur remède au racisme. A l’image de Barak Obama qui, dans son célèbre discours « De la race en Amérique », expliqua comprendre la rancœur des classes moyennes et pauvres blanches."

jeudi 14 novembre 2013

"Une enquête passionnante" (Jérôme Dupuis, L'Express)

Dans L'Express du 13/11/2013, un article de Jérôme Dupuis sur le dernier essai en date d' Alain Finkielkraut. Le dernier paragraphe fait référence aux "Petits Blancs" :

"Ainsi donc, ce serait ça, le terrible brûlot qu'il conviendrait de ranger dans les bibliothèques quelque part entre Maurras et Hitler ? Un brûlot dont l'auteur, Alain Finkielkraut, ne serait, toujours à en croire la rumeur, qu'un sous-marin de Marine Le Pen ? Disons-le d'emblée au risque de décevoir les amateurs de sensations fortes, cette "Identité malheureuse", qui caracole en tête des ventes, s'apparenterait plutôt à l'un de ces essais didactiques à la Raymond Aron, où l'histoire des idées tente d'éclairer notre présent. (...)

Il est un autre auteur, plus discret, que cite également Finkielkraut : Aymeric Patricot. Hasard éditorial, ce jeune agrégé de lettes publie ces jours-ci une enquête passionnante sur les "petits Blancs", ces Français déclassés vivant dans les territoires perdus de la République, angle mort de notre sociologie politique. Sur un ton toujours très juste, Patricot dresse ce portrait d'une France frappée par le chômage, l'obésité et la rancœur. Un tableau qui fait étrangement écho à l'un des passages les plus controversés de l'ouvrage de Finkielkraut : "Les autochtones n'ont pas bougé, mais tout a bougé autour d'eux. Ont-ils peur de l'Etranger ? Se ferment-ils à l'Autre ? Non, ils se sentent devenir étrangers sur leur propre sol
.""

J'en profite pour faire une précision : la toute dernière phrase de l'article, présente dans le livre d'Alain Finkielkraut, certains des témoins de mon livre pourrait la faire leur. Mais elle n'est pas le sens ultime des "Petits Blancs"...

Au passage, j'apprends qu'Alain Finkielkraut cite mon précédent essai, "Autoportrait du professeur en territoire difficile" (Gallimard, 2011), dans son Identité malheureuse. Il le fait à la page 194 :

"Alors que le narrateur de L'Irrévolution se plaignait d'avoir des élèves "fort propres, fort polis et fort convenables" qui se levaient de leurs sièges quand il entrait dans la classe et qui l'appelaient "Monsieur", c'est la plainte ou, plus exactement, la stupeur inverse qui se fait entendre de toutes parts. Je citerai trois exemples. Aymeric Patricot, Autoportrait du professeur en territoire difficile : "Trente enfants qui ne craignent pas l'autorité parce qu'ils ne savent tout simplement pas ce que c'est. Trente enfants dont le plus grand plaisir est la provocation, l'agressivité, le chahut. (...) Comment voulez-vous les tenir lorsqu'ils bavardent en chœur et qu'ils refusent de répondre aux injonctions même discrètes autrement que par des formules aussi lapidaires que "Lâche-moi" pour les plus distinguées.""

mardi 12 novembre 2013

"J'aime les petits blancs, surtout à l'apéro"



Un beau billet - avec la pointe d'humour qui n'aurait effectivement pas été superflue dans le livre (quoi qu'elle y soit en pointillé...) - sur Le Blog du Castor : "Grandes réflexions sur les Petits Blancs" :

"J'aime les petits blancs, surtout à l'apéro. Bien fruités. Quelle déception de ne pas trouver une seule fois mention de ce type de boutade dans le livre d'Aymeric Patricot. Je plaisante, bien sûr, car une bouffée de rire libérateur est essentielle avant une plongée en panée dans un univers noir de noir. Chez les petits blancs. Ceux de la France d'en bas, dit le sous-titre en couverture.

J'avais lu du même auteur le très beau, car très juste, Autoportrait du professeur en territoire difficile, où l'auteur racontait sa vie de prof de lettres en ZEP. De prof de lettres blanc dans des classes très colorées. Une langue d'une justesse remarquable et un ton toujours distancié sans être froid. On retrouve ces qualités précieuses dans le nouvel opus.

On connaît la sentence de Camus, "Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde". Une exigence particulièrement nécessaire dans le cas des enquêtes portant sur les sujets sensibles des rapports sociaux. Rien de plus vomitif que la langue pleine de clichés d'un Rioufol ou d'un Zemmour qui perdent toute crédibilité avec une surenchère verbale et catastrophiste. Les quartiers populaires sont ainsi des "zones de non droits" ou "la mort rôde, tenus par des caïds" etc etc... Mais dans le même temps, les écrivains et autres artistes plein de bons sentiments qui encensent la pauvreté par mauvaise conscience de leur propre situation sont aussi ridicules et desservent la cause qu'ils défendent. Patricot, lui, dépeint la violence sociale et morale sans pathos ni mensonge enjoué.

Le livre est un OVNI scientifique. Ni édito libre, ni véritable étude sociologique, il se présente comme un recueil de fragments de vies, de vies brisées ou amères de ne pas être ce qu'elles pourraient être. Et où la couleur de peau joue un rôle dans cette amertume, en plus ou à côté de la condition sociale. A cause de ces péchés originels formels, le livre est attaqué par les scientifiques doctes qui ne voient pas d'échantillonage crédible. Il est évidemment accusé par les belles âmes de faire le jeu du Front National (cette expression...) et par les purs de chez purs de dévier le problème social qui, seul, explique tous les maux. Je ne me situe dans aucune de ces catégories. Je ne comprends pas les détracteurs d'un livre à la force tranquille, aussi douce que le sujet est âpre.

Patricot raconte des gueules cassées, humiliées parfois, mais pas haineuse. Personne n'appelle au meurtre des noirs et des arabes, mais hurle le fait de ne jamais être entendu. Les témoignages ruraux sont parmi les plus émouvants. Les jeunes ne sortent pas car il n'y a rien, pas d'offre culturelle ou de programme spéciaux quand il y en a beaucoup dans les quartiers populaires. Christophe Guilluy montre cela dans "Fractures françaises" sur les inégalités d'investissements folles. Une analyse corroborée par Laurent Davezies dans "la crise qui vient" où l'auteur montre que les quartiers périphériques bénéficient des investissements colossaux des métropoles. Même si cela reste insuffisant, impossible de dire qu'il n'y a rien. D'autres témoignages sont violents, non pour le malaise social, mais le gouffre culturel qui séparent ces petits blancs des autres. Ceux qui n'aiment pas le rap et font semblant, ce garçon fluet qui rêve d'aborder une fille black mais explique que ça ne marchera jamais car elles projettent toutes des envies de mecs musculeux comme dans les clips de rap. Ces deux écorchés vifs de la Beauce, qui voudraient être intellos mais n'ont pas passés leurs examens de sociologie car ils ne voyaient pas l'intérêt. Leur histoire m'a ému aux larmes. Ils vomissent leur haine des "bouseux" autour de chez eux et vont à Paris où ils ne maîtrisent pas les codes et s'aventurent vers les quartiers qu'ils imaginent pour eux, plus bohèmes. Ne pas être adoptés d'emblée, ne pas ressentir de fraternité artistique les irritent et ils font des conneries.

Il y a encore ce témoignage d'une fille qui dit que sa famille a toujours refusé les HLM auxquels ils avaient le droit "car être logé par l'Etat c'est pire que tout. C'est bon pour les bougnoules". Gloups. Il y a ce jeune homme à la licence de marketing qui préfère vivre de RSA plutôt que de bosser. Même plus amer "on peut vivre ici. Pas dans les zincs mais avec de l'alcool low cost où on finit à poil. Le corps exulte. Si on fait un coma et qu'on a tout oublié, c'est parfait, ça veut dire qu'on s'est vraiment lâché". Re gloups.

On referme le livre en ayant envie d'écraser un parpaing sur le prochain politique qui vient vanter le "vivre-ensemble" en méprisant toute une culture populaire traditionnelle, celle de ces petits blancs à qui personne ne parle et qui se sentent humiliés. L'une des personnes qui a bien voulu répondre à Patricot dit cela aussi. Elle n'a plus de haine, mais veut aller en Australie. Là où on ne la jugera pas. Merci à ce livre d'avoir donné la parole à ceux que personne n'écoute, mais qui disent si bien le besoin d'égalité réelle
."

dimanche 10 novembre 2013

"Le FN a-t-il le monopole des "petits Blancs" ?"

Un billet de ma part à propos de la réception des "Petits Blancs", dans le Huffington Post :

Avant même la publication des Petits Blancs (Plein Jour, 2013), l'annonce du titre suscitait la réaction suivante : "Vous allez parler du Front national ?" Mes interlocuteurs ne pouvaient s'empêcher d'établir un rapport entre Blancs pauvres, situés tout en bas de l'échelle sociale, et un parti considéré comme raciste. Or je m'emploie précisément à montrer dans mon livre que ce penchant raciste est un cliché : les "petits Blancs" ne sont pas plus racistes que la moyenne et c'est précisément un des aspects de leur condition que de subir ce genre d'a priori.

M'apprêtant à publier Les Petits Blancs, je craignais donc que ses thèses soient purement et simplement assimilées à celles de l'extrême-droite. Soit que celle-ci se les approprie comme elle a pu le faire avec La France Orange Mécanique (un pamphlet, genre dont ne relève pas mon livre), soit que des journalistes, n'appréciant pas que j'aborde ce thème, à savoir l'émergence d'une conscience blanche parmi les classes défavorisées, me rejettent dans ce camp.

Quelques jours après la publication, je suis rassuré. La plupart des libraires se montrent intéressés. Le Huffington Post, France Culture, Marianne ont fait des comptes-rendus équilibrés, voire enthousiastes, et m'ont semblé pointer une certaine urgence à rendre compte du phénomène. Leurs articles comprennent la nature du projet, sans y voir malice : éclairer l'existence, longuement occultée dans le paysage médiatique français, d'une frange de la population qui prend conscience, depuis quelques dizaines d'années, du fait d'être à la fois pauvre et blanche, ce qui génère un éventail de dilemmes, de questionnements, voire de cristallisations culturelles. J'ai notamment été amené à parler de petits Blancs sur le territoire français parce que, grand consommateur de culture américaine, je constatais combien la figure du white trash (ce "Blanc dégénéré", cordialement méprisé) hantait les arts aux Etats-Unis. Je trouvais étonnant qu'elle soit ignorée de ce côté-ci de l'Atlantique, et je suis parti à sa recherche.

Du côté des lecteurs, fébrilité plus marquée. Les réactions sont immédiatement visibles sur le net où la diffusion des articles suscite une flopée de commentaires. Ils ont l'avantage d'être francs. En quelques jours, j'ai pu cerner les grandes lignes de discorde que suscitait le livre - tout au moins, que suscitaient les articles rendant compte du livre, les réactions au livre lui-même se faisant encore assez rares.

Une bonne partie des commentaires exprime du soulagement à l'idée que la question soit enfin soulevée. Parlons de la pauvreté, disent-ils ; parlons de la prise de conscience d'être blanc, parlons de ces détresses que les classes bourgeoises refusent de considérer, parlons du sujets sur lesquels le Front national ne devrait pas avoir de monopole. Ou bien de la curiosité, mêlée d'inquiétude : Pourquoi donc parler de ces choses-là ? Qu'est-ce que le white trash ? N'y a-t-il pas du mépris à utiliser ce genre de mots ?

Parmi les critiques, deux fronts.

Sur ma gauche, les détracteurs considèrent qu'il est insupportable d'évoquer des questions ethniques, surtout quand il s'agit de Blancs. Les problèmes sont d'ordre social, tous les pauvres se ressemblent. Quel intérêt de mettre les gens dans des cases, des cases dans lesquelles eux-mêmes ne se reconnaissent pas ? Un argument que je comprends, bien sûr. Rappelons simplement que le livre constate, à côté de questions sociales, la réémergence de questions raciales. Et celles-ci viennent singulièrement compliquer le jeu. Il serait absurde de ne pas les étudier - surtout lorsqu'on se targue, comme certains commentateurs, d'incarner l'avant-garde de l'antiracisme.

Sur ma droite, on me reproche principalement deux choses. Tout d'abord ma position bourgeoise, surplombante, tenue pour méprisante. Je ne serais qu'un bobo, passé par les Grandes Ecoles, parfaitement condescendant avec des classes populaires auxquelles je me mêlerais le temps d'un livre. Pire, je ne serais qu'un "journaleux", l'un de ceux qui auraient soigneusement caché les réalités françaises pendant des décennies. Les avis changeront-ils quand le livre sera lu ? J'y parle précisément de ma posture de petit bourgeois, mais aussi de la révolte que j'éprouve lorsque l'on méprise les plus pauvres et même de mon sentiment de fraternité - voire du vertige qui peut être le mien à me sentir si proche des plus démunis. Les commentaires deviennent par ailleurs comiques lorsqu'ils supposent que je gagne grassement ma vie avec ce genre d'écrit. Rirait-on si l'on connaissait le montant des à-valoir ?

Ensuite, on me reproche de ne pas critiquer l'immigration elle-même, ou l'islamisation supposée de la France. Il est vrai que je m'attache à décrire certains effets du métissage sans émettre de doutes sur l'opportunité d'une telle immigration. Mais ce n'est pas le sujet du livre. Et je fais l'hypothèse, de toute manière, que rien ne pourra remettre en cause les récents mouvements de population. L'émergence d'une conscience blanche (surtout parmi les pauvres) me semble acquise. J'ai reçu quelques lettres anonymes me reprochant amèrement cette absence de critique de l'immigration : j'aurais aimé leur répondre qu'elles me paraissaient, concernant mon livre, en partie hors sujet.

En fin de compte, j'ai été relativement surpris par la teneur prérévolutionnaire de nombreux commentaires - qu'ils me soient adressés ou qu'ils expriment une colère proprement stupéfiante vis-à-vis des élites. Mais ils confirment après tout la faille constatée dans le livre entre classes populaires blanches et bourgeoisie blanche, une faille si profonde qu'elle présente tous les stigmates d'une véritable différence raciale, certains bourgeois ne se privant pas d'animaliser ceux qu'ils estiment indignes. "Le jour où ça chauffera, je prendrai les armes." "Je suis un petit Blanc, je me sens méprisé. Quand il y aura révolte, j'en tuerai quelques-uns." "Qu'on les pende !" Le nombre de ces appels à la violence me semble justifier à lui seul qu'on soulève des questions si brûlantes.

Plusieurs journalistes m'ont demandé si ce livre ne faisait pas le jeu du Front National. Je ne le crois pas. Tout d'abord parce que j'y montre une population loin d'être entièrement acquise aux discours nationalistes ou racialistes. Ensuite parce que je montre combien tous les autres partis, à l'image de ce qui se passe aux Etats-Unis, devraient précisément s'intéresser à cet électorat-là sous peine de perdre bien des suffrages mais surtout de laisser se dessiner une véritable ethnicisation du vote. Celui-ci, faisant suite à l'ethnicisation partielle des rapports sociaux, nous en voyons d'ores et déjà les prémices. J'aimerais précisément contribuer à crever certains abcès... Lutter contre les risques de conflits ethniques, ce n'est sûrement pas nier qu'ils puissent exister.

jeudi 7 novembre 2013

Rencontre au Rideau Rouge

Vendredi 8 novembre, rencontre-débat à la Librairie Le Rideau Rouge, autour des livres "Les Petits Blancs" et "Avant de disparaître" publiés par les éditions Plein Jour.

mardi 5 novembre 2013

Florent Georgesco présente les éditions Plein Jour

La librairie Mollat donne la parole à Florent Georgesco pour qu'il nous présente les éditions Plein Jour, tout juste créées :

dimanche 3 novembre 2013

Quelques extraits des "Petits Blancs" sur Atlantico.fr - et leur lot de commentaires véhéments

La toute première page de la préface à lire ICI.

Un extrait d'un chapitre consacré à la pauvreté des campagnes à lire LA.

vendredi 1 novembre 2013

Aude Lancelin parle des "Petits Blancs" (Marianne, 26/10/2013)



Belle analyse d'Aude Lancelin dans le Marianne du 26 Octobre à propos des Petits Blancs :

Ne tirez pas sur le « petit Blanc »

On ne parle plus que de lui en France depuis quelques années, sans jamais oser vraiment le nommer. Le « petit Blanc », équivalent du white trash américain popularisé par le rappeur Eminem, c’est le Blanc pauvre de la Courneuve, relégué socialement et isolé ethniquement. C’est aussi la femme seule de la banlieue d’Amiens qui hait les « putes blondasses qui se font sauter par des Nègres ». C’est le vieux garçon qui n’ose pas mettre les pieds au havre, aussi bien dans le centre bourgeois que dans les HLM métissés, où il redoute les mêmes regards moqueurs. Le romancier Aymeric Patricot, 39 ans, est allé à leur rencontre et en a tiré un livre : Les Petits Blancs. Un voyage dans la France d’en bas (Plein Jour).

A ces « gueules cassées de la misère », il a posé toutes les questions qui ne se posent pas. Image de soi, perceptions raciales, fantasmes sexuels, envie sociale, rêves enfuis. Il l’a fait et il a eu raison de le faire, car peu d’études permettent à ce point de sortir de la terrible bataille rangée des clichés en train de se mettre en place dans le pays. Un face-à-face insoluble opposant une partie de la gauche, de plus en plus terrifiée par ces classes populaires qu’elle n’arrive plus à envisager autrement que comme du gibier frontiste, des ploucs racistes et menaçants, à une droite hypocrite qui, profitant de l’absence d’un grand parti plébéien populaire autre qu’extrémiste, depuis l’effondrement du PC, a fait de ces anciens « prolétaires » ses nouveaux héros, ses enfants chéris.

Car telle est bien l’alternative perverse en train de se mettre en place dans le pays. Ou vous glorifiez niaisement ce peuple redécouvert, comme le firent les communistes des années 50, et décrétez qu’il faut le justifier jusque dans son ressentiment le plus suicidaire, le vote FN par exemple. Ou vous le décidez irrécupérable, comme le fit en 2011 la fondation Terra Nova, et considérez que tels les rednecks, les culs-terreux mis en scène dans Massacre à la tronçonneuse, il ne saurait avoir d’autre sentiment profond face à une France en train de changer que celui de Meursault chez Camus : « tirer sur un Arabe ».

Le livre d’Aymeric Patricot montre le non-sens d’un tel clivage. Il décrit la complexité des situations sociales, l’ambivalence des sentiments aussi, entre Noirs – ou Maghrébins – et petits Blancs paupérisés, qui peuvent facilement passer de la défiance à l’identification. Extrêmement dure ici est la parole raciste quand elle s’exprime, mais superficielle en définitive, dès que la discussion s’approfondit. On referme au contraire le livre avec le sentiment que c’est décidément par la tête que le poisson aura pourri en France, où les socialistes, exécuteurs des basses œuvres du capitalisme à partir des années 80, auront livré le peuple à toutes sortes d’idéologues aux buts très éloignés de ceux des smicards qu’ils prétendre défendre.

Toute la bourgeoisie intellectuelle qui feint aujourd’hui de s’émouvoir du sort des « petits Blancs » devrait pourtant se le rappeler : quand le pays était ethniquement plus homogène, les oppositions de classes étaient beaucoup plus apparentes et dangereuses pour elle qu’aujourd’hui. Il n’est pas interdit d’y voir la véritable raison de sa passion nouvelle pour les problèmes de voisinage du Blanc pauvre, son ancien ennemi héréditaire.