La littérature sous caféine


mardi 25 avril 2017

Vingt années de gros livres

Depuis quelques semaines j’entreprends un travail de fond dans ma bibliothèque : j’élimine peu à peu les volumes médiocres (tous ces romans que je n’ai jamais vraiment lus et dont je me doute que je ne les lirai jamais), non sans leur jeter un dernier œil par acquit de conscience, et je les remplace par ces œuvres reconnues dont je me dis que je pourrais un jour me reprocher de ne pas les avoir fréquentées. Ainsi ai-je supprimé cette semaine une dizaine de très minces « J’ai lu » parfaitement inconsistants pour faire de la place au gros volume de l’intégrale de Rabelais, chez Quarto, dont la beauté formelle me plaît et m’engage un peu plus à parfaire ma culture du 16ème siècle. Mes vingt prochaines années seront roboratives.

mardi 18 avril 2017

Pourquoi faudrait-il que les romans dramatisent ?

Dans le beau livre d’Enrique Vila-Matas, « Mac et son contretemps » (Christian Bourgois, 2017), que je lis pour le Prix Rive Gauche de Laurence Biava, le narrateur considère comme un « défaut des romans » leur tendance à présenter de manière dramatique des événements qui, dans la vie réelle, passent souvent de manière anecdotique. C’est la réflexion que je me fais chaque fois que je lis un roman de Philip Roth, mais pour en tirer la conclusion inverse : à mes yeux, le grand talent de Roth est précisément de présenter la réalité sous un angle démesurément dramatique. Chaque minute est une tragédie, chaque existence un destin. C’est peut-être un peu faux, mais c’est impressionnant pour le lecteur. Et ça l’oblige à vivre lui-même de manière un peu plus intense que ce à quoi le quotidien paraît le condamner.

« Les romans donnent parfois un caractère trop dramatique à des événements qui, dans la vie réelle, se produisent en général de façon plus simple ou plus insignifiante, événements qui adviennent et disparaissent, se chevauchent, se succèdent sans trêve, se superposent, circulant comme des nuages que le vent déplace entre de trompeuses pauses se révélant en définitive impossibles, parce que le temps, dont tout le monde ignore ce qu’il est, ne s’arrête jamais. Ce « défaut » des romans est une raison de plus de leur préférer les nouvelles. » (« Mac et son contretemps », page 231)

jeudi 13 avril 2017

Les différences dans l'horreur

En France, on est souvent abreuvé – à raison – de récits sur l’horreur nazie. Bien moins souvent, sur l’horreur stalinienne. Et cela explique en partie la stupeur qu’on peut ressentir à la lecture du livre-somme de Soljenitsyne, cet Archipel du Goulag qui avait eu un retentissement mondial en 1974. C’est un livre monstrueux par son volume et par son contenu, et qui se dévore aussi rapidement que le système des camps de concentration dévorait des millions de koulaks et d’opposants politiques.

Le plus monstrueux n’est d’ailleurs sans doute pas la cruauté épouvantable des supplices mais l’absurdité de la désignation des victimes, comme si le système s’affolait et qu’il se mettait à engloutir toute forme de dignité humaine, toute forme de vie. A cet égard, il peut paraître légitime de se demander lequel des deux systèmes, du nazi ou du soviétique, était précisément le plus ignoble, l’un se choisissant des ennemis qu’il décidait d’exterminer, l’autre se mettant à exterminer à peu près n’importe qui – à part le Guide suprême, bien sûr.

J’avoue que cette lecture me rend triste. Elle rend palpable une monstruosité très récente, une monstruosité que tellement de belles âmes parmi nous se sont évertués à minimiser, voire à défendre. Comment, avec un tel volume dans sa bibliothèque, ne pas se faire du genre humain une vision pour le moins dérangeante ?

Et c’est précisément l’autre aspect du livre qui me frappe : la très grande magnanimité de l’auteur lui-même qui, témoin de meurtres de masse et de cruautés infinies, fait délibérément le choix de ne pas condamner fermement les responsables des massacres. A la rigueur, il pardonnerait presque aux bourreaux leur faiblesse. « Peu à peu j’ai découvert que la ligne de partage entre le bien et le mal ne sépare ni les Etats ni les classes ni les partis, mais qu’elle traverse le cœur de chaque homme et de toute l’humanité. Cette ligne est mobile, elle oscille en nous avec les années. Dans un cœur envahi par le mal, elle préserve un bastion du bien. Dans le meilleur des cœurs – un coin d’où le mal n’a pas été déraciné. » (page 594 de l’édition poche). Une magnanimité d’autant plus surprenante qu’en Europe, face aux Nazis, nous avons plutôt été dressés à voir en eux l’incarnation du Mal absolu.

lundi 10 avril 2017

L'homme est une caméra pour l'homme

"Avant, l'homme était un loup pour l'homme, maintenant c'est une caméra."

La meilleure phrase (mais pas la seule qui soit la bonne) du dernier roman en date de Jérôme Leroy, "Un peu tard dans la saison" (La Table ronde, 2017)

lundi 3 avril 2017

Pourquoi faudrait-il tout lire ?

Depuis quelques mois, j'ai vraiment envie d'avoir lu tous les classiques de la littérature - même si je reste conscient des limites et même du ridicule d'une telle entreprise. Comment donc établir une liste ? Suffit-il vraiment de s'en remettre au jugement, disons, de la majorité des amateurs ? Et puis, qu'est-ce que cela m'apportera ? Quelle satisfaction ? Quelle connaissance ? Quelle vision ? En fin de compte, mon seul objectif n'est-il pas de m'épargner l'ultime regret d'avoir manqué quelques lectures très prisées ?

mercredi 22 mars 2017

Virgile plus talentueux qu'Homère ?

En bon remake de l'Iliade et de l'Odyssée, l'Enéide de Virgile a les défauts et les qualités du genre: il n'a pas la fraîcheur de ses inspirateurs mais il a franchement gagné en efficacité. Est-il possible de considérer que Virgile a surpassé Homère ?

mardi 14 mars 2017

Le génie des titres - Bukowki, Flynn...

Bukowski avait le génie des titres. "L'amour est un chien de l'enfer", "Au sud de nulle part", "Journal d'un vieux dégueulasse"... Rien que pour eux, je garde ses livres dans ma bibliothèque. Comme je garde le précieux "Encore une nuit de merde dans cette ville pourrie", titre sublime de Nick Flynn pour un récit certes attachant mais un peu trop dispersé à mon goût, à propos de son père devenu SDF. Je me demande si cinquante pour cent du travail d'un écrivain ne consiste pas à trouver un bon titre...

mardi 7 mars 2017

L'air comme du vitrail

Il y a peu de lumière, en Ecosse. Cependant le vert est si dense, l'humidité si puissante, les forêts et les montagnes si frémissantes, qu'on a l'impression d'évoluer dans une cathédrale dont tous les murs seraient des vitraux.