La littérature sous caféine


lundi 6 novembre 2017

Plans quinquennaux pour ma consommation littéraire

Dans un univers où l’offre culturelle est devenue pléthorique, il faut bien trouver des stratégies de consommation – sinon, quelle angoisse ! La mienne ressemble de manière assez troublante aux plans quinquennaux de la politique française d’après-guerre. Je me fixe des objectifs annuels du genre : un livre de l’Antiquité, un livre du Moyen-Age, un pavé classique, un pavé contemporain, un roman de science-fiction, un livre amusant… De cette façon, j’ai l’impression de procéder par approfondissement de quelques lignes de force, tout en préservant une grande liberté de choix. Socialiste dans les grandes lignes, libéral dans les détails !

mardi 24 octobre 2017

Le coeur incandescent de la littérature

Dans son Royaume, Emmanuel Carrère précise qu’il existe dans Limonov un « cœur du livre, la phrase méritant d’être retenue (…) quand les 500 pages où elle est enchâssée se seraient depuis longtemps effacées. » (Folio, p 592). J’ai toujours eu cette intuition qu’il existait effectivement dans chaque livre une page, un paragraphe ou même une phrase qui me semblaient rayonner dans le volume entier.

Parfois, c’est un passage qui paraît détenir l’esprit de l’ouvrage, en proposer le sens secret, quitte à ce que le reste du livre s’engloutisse dans ces quelques mots.

Parfois, et l’un n’est pas exclusif de l’autre, c’est un passage simplement plus dense, éclipsant en partie les pages adjacentes. C’est par exemple ce que j’ai ressenti en lisant le beau livre de Victor Pouchet, qui se taille un joli succès en ce moment : Comment les oiseaux meurent. Trois pages se détachent à mes yeux, celles qui dressent le portrait du père en « beau parleur fatigué, qui n’avait jamais osé se révolter contre lui-même et son abyssale tristesse. » (Finitude, page 49-51). Et c’est ce passage grave qui me fait l’effet d’une tache de couleur très vive à côté de laquelle les pérégrinations pourtant cocasses du narrateur perdent un peu en relief.

Sans doute mon impression est-elle d’ailleurs accentuée par la propre structure de deux de mes livres. Dans Suicide Girls et dans Les petits Blancs, je consacre une page à mon père (pas la même dans chacun des deux) et celle-ci me paraît si déterminante que si le reste devait disparaître, cela m’attristerait à peine si je pouvais garder celle-là. A propos des Petits Blancs, quelques journalistes ne s’y sont pas trompés, me posant rapidement des questions à propos de cette sorte de vision centrale. C’était à mes yeux la preuve qu’ils avaient réellement lu le livre.

mardi 17 octobre 2017

Affaire Weinstein. Le thème des violences faites aux femmes n'intéresse personne

J’ai pu le constater à l’occasion de la parution de mes trois premiers romans, qui tous abordaient ce thème. Une journaliste de Télérama a refusé de parler d’« Azima la rouge » (Flammarion) au prétexte que cela stigmatisait la banlieue (mais la banlieue n’était pas vraiment le sujet). Le libraire de mon quartier a refusé d’exposer « Suicide Girls » (Léo Scheer) parce qu’il trouvait ça trop glauque (mais est-ce vraiment un critère pour juger de la qualité littéraire ?). Quant à « L’homme qui frappait les femmes » (Léo Scheer), il n’a guère intéressé que Brigitte Lahaie (mais son émission donne la parole à des témoins davantage qu’à des auteurs). Pour le coup, l’omerta n’est pas du tout le seul fait des hommes : j’ai remarqué que les femmes n’aimaient pas aborder le sujet. Quoi qu’il en soit je n’aborderai plus ce thème en littérature. A chaque fois j’ai l’impression de tomber dans un no man’s land - sans jeu de mot.

lundi 9 octobre 2017

2ème séance de l'atelier d'écriture d'Epernay: Snyder et Ginsberg

Mardi 10 octobre, nous nous pencherons sur deux auteurs américains qui nous permettront de faire la transition entre le zen étudié la semaine dernière et la poésie occidentale. Gary Snyder tout d'abord, qui porte un regard très serein sur la nature. Allen Ginsberg ensuite, qui fait le choix presque opposé de l'expression de la passion pure.

mardi 3 octobre 2017

Quelle joie, les auteurs désespérés !

Schopenhauer, Houellebecq… Quel bonheur ! Au fond, les auteurs les plus pessimistes m’ont toujours fait rire. En énonçant le pire ils nous rassurent sur notre propre état mental et nous donnent envie de les rassurer eux-mêmes. Ceux qui ne partagent pas ce plaisir-là sont des gens qui ne comprennent sans doute rien au principe de l’humour noir. C’est une sorte d’hygiène mentale, un grand décrassage.

lundi 25 septembre 2017

Couches et musique

Je viens de comprendre pourquoi tant d’hommes développent un intérêt fulgurant pour la musique après l’âge de trente ans. C’est que la musique est le seul art que vous pouvez cultiver tout en vous occupant d’un enfant. Allez donc essayer de lire, de regarder un film, de visiter une exposition avec des marmots dans les pattes… Alors qu’il est parfaitement possible de fréquenter la discographie des Beatles en préparant des biberons, de torcher des nouveaux nés en peaufinant votre connaissance de Verdi. Ce genre de tâche peut même prendre une dimension épique, pour peu que vous soyez doués pour la double écoute.

lundi 18 septembre 2017

Le book footing

Depuis que le médecin me l’a conseillé, je m’oblige à faire du sport – un exploit. Jusqu’alors mon rythme de footing était d’un par an, je me suis juré de passer à un par semaine. Mais je m’ennuie tellement que je ne peux m’empêcher d’emporter un livre. Et j’ai peu à peu trouvé le format de course qui me convenait : dix minutes de petites foulées, cinq minutes de lecture.

La première fois, j’ai emporté le solide volume de la Divine Comédie de Dante. Certains autres coureurs ont dû penser qu’il s’agissait d’un haltère de fortune – mais non, il s’agissait bel et bien d’un livre. J’ai ainsi effectué de salutaires plongées dans les enfers antiques tout en croisant les visages ahuris de joyeux décérébrés. Rasades d’abrutissement mécanisé, entrecoupées par des flashs d’intellectualité pure : je me sentais très moderne.

mardi 29 août 2017

Atelier d'écriture à Epernay

A partir du 3 octobre 2017, je proposerai chaque mardi à la Maison des Arts d'Epernay une séance d’apprentissage des techniques d’écritures. Travail du style, poésie, fiction, journal… Les genres et les thèmes seront aussi variés que possible, chaque séance débutant par l'étude rapide d'une oeuvre ou d'un point théorique. Je m'adapterai aux goûts éventuels des personnes présentes.

De 18 à 20 h chaque mardi à la Maison des Arts d'Epernay, 15 euros la séance. Inscription par mail à l'adresse suivante: aymeric_patricot@hotmail.com