La littérature sous caféine


Effets de style et neutralité chez Guibert (Mes parents)



Ce qu’il y a de fort dans Mes parents, de Hervé Guibert, c’est la grande neutralité du ton qui, appliquée à une matière incandescente, en multiplie les pouvoirs évocateurs. Il y a de longues pages faites de phrases courtes énonçant des faits simples mais qui, cumulés, dessinent de spectaculaires destinées, comme dans ce passage (la fin d’une longue page) où Guibert propose un des portraits possibles du couple de ses parents :

« (…) Elle s’est acheté un collant noir épais. Elle se rend compte qu’elle est encore souple. Elle fait des sauts de lapin. Une fois par mois le club organise une fête, avec un buffet garni et une projection de film. Ils trouvent ça sympathique. Ils se lient avec d’autres couples mais refusent toute invitation personnelle, « pour ne pas avoir à rendre », « pour ne rien devoir à personne ». Puis en lisant une annonce dans un journal, il décide de maigrir en appliquant la méthode Weight-Watchers. Il achète une petite balance et elle doit lui peser tous ses aliments avant de les faire cuire. Il arrête le régime car il s’aperçoit que perdre du poids lui donne un visage inquiétant, presque osseux. Ils rangent la petite balance au fond du buffet. Ils lui disent qu’ils ont peur du communisme, peur de ne pas toucher leur retraite, peur d’être renvoyés dans des camps de vieillards, peur peut-être même d’être séparés l’un de l’autre. » (Mes parents, Folio, page 113)

Cette neutralité me fait penser à l’écriture blanche d’Annie Ernaux, qui ressemblait à celle de Camus dans L’Etranger, même si les projets différaient évidemment beaucoup.

Dans le cadre de cette neutralité, le moindre effet de style (phrase plus longue, absence de ponctuation, anacoluthe…) prend un relief particulier, signalant un trouble puissant, une distorsion du sens.

A mesure que le livre approche de sa fin, les scènes raccourcissent, le trait se fait plus dense, les remarques plus cinglantes, et l’émotion naît de ce rétrécissement très progressif vers une sorte de chute hallucinée. Voici le dernier paragraphe, séparé par un blanc :

« Le père partit en mer et se livra à la tempête, son chapelet autour du cou. Il se décharna. Un squelette barrait son bateau, un chapelet en écharpe. »

C’est fou comme l’économie de moyens fait parfois d’un livre une petite œuvre infiniment plus forte qu’un pavé prétendument génial.

COMMENTAIRES

1. Le mercredi 1 juin 2011 à 09:52, par Christian Jeanbrau

.... tout à fait bien, justement, le dernier Annie Ernaux (L'autre fille), non?

2. Le jeudi 2 juin 2011 à 20:57, par aymeric

Pas encore lu, mais je vois qu'il fait un carton en librairie ! Une institution, Annie !

3. Le lundi 20 mai 2013 à 10:48, par ghd gold

Envoi rapide a Michael Kors Outlet soign, soubrette affaire, moi recommande ceci vendeur, qui du

4. Le vendredi 24 mai 2013 à 05:46, par edmonton payday loans

Je suis à la recherche pour les prêts sur salaire en ligne le jour même au Canada. Savez-vous où trouver des prêts sur salaire à vancouver wa ?

5. Le dimanche 26 mai 2013 à 12:41, par online payday loans

Je cherche zip de prêt sur salaire . Savez-vous où trouver des prêts sur salaire 5000 ?

6. Le lundi 27 mai 2013 à 11:27, par ergo baby carrier

Aymeric Patricot : Effets de style et neutralité chez Guibert (Mes parents) - La littérature sous caféine ergo baby carrier www.ergobabycarrier4u.com...

7. Le lundi 27 mai 2013 à 14:03, par les sacs michael kors

In certainty, we didnt even discover those containers until the biggest market of the come.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.