La littérature sous caféine


"La joyeuse insolence d'un jour" (Javier Cercas, A la vitesse de la lumière)

En commençant ce blog, j'ai eu peur d'épuiser très vite le stock des livres à chroniquer, mais c'est exactement l'inverse qui se produit... De chaque côté de mon ordinateur deux, puis trois, puis quatre piles de livres se font menaçantes - ceux que je viens de lire et dont j'aimerais ne serait-ce que dire un mot (sans compter les piles, encore plus grandes, de tous ceux que je commence à lire et qui n'en valent pas la peine).

(Outre le problème du temps pour essayer de rendre compte d'un minimum de lectures, il y a le problème du budget consacré aux livres (si mes calculs sont bons, ces derniers mois je n'ai pas acheté moins d'un livre par jour en moyenne) et celui de la place (je vais bien devoir me débarrasser de quelques kilos).

Dans cette masse effrayante, il y a parfois de singulières pépites qui se détachent, et nul doute que le roman de Javier Cercas, A la vitesse de la lumière (Babel, janv 2008), aura été l'une d'elles au cours de l'année 2007-2008: une prose fluide, précise, souvent belle, pour cette histoire émouvante d'une amitié entre un romancier espagnol bientôt submergé par le succès, et un vétéran du Vietnâm traumatisé par ce qu'il a commis (les événements les lieront de façon dramatique, comme il se doit).

Le thème n'est que moyennement tentant, et les cinquante premières pages un peu longuettes, mais bientôt c'est la force du récit qui vous happe et la succession de réflexions tour à tour brillantes et touchantes. Du bel ouvrage, parfaitement maîtrisé.

"Bien des années plus tôt, Rodney m'avait prévenu et, même si j'avais interprété alors ses paroles comme l'inévitable sécrétion moralisatrice d'un perdant imbibé de l'écoeurante mythologie de l'échec qui gouverne un pays obsédé jusqu'à l'hystérie par le succès, j'aurais au moins dû prévoir que personne n'est vacciné contre le succès et que ce n'est qu'au moment de l'affronter qu'on comprend que c'est non seulement un malentendu et la joyeuse insolence d'un jour, mais que ce malentendu et cette insolence sont humiliants." (p186)

Profitons du fait que le narrateur de ce roman se laisse souvent bercer par la musique de Van Morrison pour glisser ici-même l'un des plus grands tubes de ce grand artiste de rythme and blues (mâtinée de pop et de rock), trop méconnu à mon goût, et que j'ai découvert grâce à un duo avec M.Knopfler :


COMMENTAIRES

1. Le mercredi 20 février 2008 à 18:11, par Christie

tu achètes un livre par jour ? naaaan... Comment tu as le temps de tous les lire alors ? et de les savourer un peu ?..

2. Le mercredi 20 février 2008 à 21:24, par pat

50 % j'en lis les trente premières pages (quand c'est pas moins), les autres soit je les finis d'une traite, soit j'en lis de petits bouts, soit ils dorment paisiblement en attendant d'etre dévorés...
J'ai un "rayon merde" dans ma bibliothèque, constitué uniquement de grosses daubes dont je n'ai lu que dix pages... je devrais m'en débarrasser, mais j'aime garder les livres même lus qu'en partie, ne serait-ce que pour bien me rappeler que j'ai essayé de les lire !

3. Le samedi 13 juillet 2013 à 01:53, par maillot de foot pas cher

wow, awesome blog article.Really looking forward to read more. Awesome.

4. Le lundi 15 juillet 2013 à 11:28, par 2 a day diet

Hi mates, fastidious post and good urging commented at this place, I am truly enjoying by these.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.